Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

Emmanuel Macron dans les pas de Gerhard Schröder (réformes Hartz) et de Angela Merkel

Macron est dans les pas de Gerhard Schröder avec les réformes Hartz (libéralisation du marché du travail, baisse des prestations sociales et réforme des retraites) et de Angela Merkel (réforme de l’âge de la retraite qui passe à 67 ans), dans tous les domaines et particulièrement sur le droit du travail.

Aux dernières sorties du président de la république française, les contestataires de la loi sur le travail seraient des "fainéants".

Mais qui sont réellement les fainéants ? Les personnes qui ne comptent pas leurs heures, ont des contrats à temps partiels, de plus en plus précaires,  et qui de ce fait survivent avec moins que le SMIC : 920 euros net[1] (soit le seuil de pauvreté), ou bien les traders comme Monsieur Emmanuel Macron (associé à la banque d'affaires Rothschild & Cie) - qui ferait mieux de tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler -, qui gagnent des millions d’euros en quelques mois, quand ce n’est pas en quelques jours, en se contentant de pianoter quelques petites heures par jour sur leurs écrans de bourse ?

La vérité est que cette loi travail s’est inspirée de l’exemple allemand qui a conduit les citoyens d’outre-Rhin – et tout particulièrement les retraités -, vers la paupérisation et la misère. Des erreurs dont n’ont pas su tenir compte Emmanuel Macron et Edouard Philippe, suffisants et arrogants en toutes circonstances, en faisant passer des soi-disant dialogues avec les syndicats, pour une approbation de leur politique délétère…

Cette loi travail n’est qu’une forfaiture et une catastrophe pour les travailleurs et les retraités !

NOUS SOMMES EN TRAIN DE REVENIR 80 ANS EN ARRIERE, AVANT LES ACQUIS DU FRONT POPULAIRE. ET, C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE IL FAUT S'Y OPPOSER DE TOUTES SES FORCES ?

L’éditorial du Monde diplomatique de septembre 2017, intitulé « L’enfer allemand », montre parfaitement comment ces lois Hart/Schroeder iniques ont réduit le pouvoir d’achat de nos voisins tout en les obligeant à travailler plus pour gagner moins sans aucune couverture ou garantie !

2 extraits :

« La population allemande, appelée aux urnes le 24 septembre, n’a jamais compté aussi peu de demandeurs d’emploi. Ni autant de précaires. Le démantèlement de la protection sociale au milieu des années 2000 a converti les chômeurs en travailleurs pauvres. Ces réformes inspirent la refonte du code du travail que le gouvernement français cherche à imposer par ordonnances…

Pourquoi je suis ici ? Parce que, si tu ne réponds pas à leurs convocations, ils te retirent le peu qu’ils te donnent, grommelle un quinquagénaire à voix basse. De toute façon, ils n’ont rien à proposer. À part peut-être un boulot de vendeur de caleçons à clous, qui sait.’’ L’allusion lui arrache un maigre sourire. Il y a un mois, une mère isolée de 36 ans, éducatrice au chômage, a reçu un courrier du Jobcenter de Pankow l’invitant, sous peine de sanctions, à postuler pour un emploi d’agente commerciale dans un sex-shop. »

(voir lien ci-joint)

En 2010, je dénonçais déjà, sur un des plus grands sites européens, Fenêtre sur l’Europe, LE miracle allemand qui n’est qu’un mirage - un miroir aux alouettes pour Macronistes -, dans un article intitulé : « L'imposture historique : le miracle de la croissance allemande »

(voir lien ci-joint)

 

[1] Sur une base par exemple d’un temps partiel de 28 heures, alors qu’en réalité ces mêmes personnes font 35 à 40 heures voire plus !