Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

Présidence de la FIFA : Platini, l'idole aux pieds d'argile ?

Il n'y a pas de fumée sans feu !

Comme me disait un des héros de la coupe du monde 98, c'est une maffia qui dirige le football européen et mondial...

Je dirai pour aller dans le même sens que mon ami suisse Martin, proche de Sepp Blatter, que ce dernier a été très mal entouré, même s'il a fermé les yeux sur plusieurs affaires, pris par ce tourbillon qui emporte les hommes de pouvoir !

Loin de moi l'idée de le dédouaner car il a sa part de responsabilité, alors que Michel Platini est considéré - était considéré -, comme totalement innocent, de l'avis même des 54 fédérations européennes de football - qui ne sont plus que 53 depuis que la fédération anglaise de football (Football Association) a suspendu son soutien au triple ballon d’or.

Lors d'un débat avec le maire-adjoint aux sports de Pontivy (un grand footballeur régional) sur la radio du Morbihan RBG, nous avions le même point de vue qu'Emmanuel Petit : "cela ne concerne pas ou si peu les jeunes et les amateurs, nous savons bien que plus on monte dans les échelons, plus la corruption et les malversations sont présentes, l'appât du fric et du pouvoir ! "

Toutefois, c'était en mai 2015, notre unanimité n'allait pas jusqu'à prédire un avenir à la hauteur de sa carrière footballistique - le plus haut -, pour Michel Platini...

Mon interlocuteur, un autre Michel, pensait que son chemin était tout tracé pour accéder à la présidence de la FIFA, un avis que je ne partageais pas et pour cause... Et, à la question du journaliste de RBG sur le fait que Michel Platini se présenterait à la présidence de la FIFA, je répondais : NON !

Je n'étais peut-être pas si loin de la vérité que cela.

En effet, j'avais un doute comme pour l'affaire Kerviel - les responsables de "l'Organisation" ne pouvaient ignorer ce que faisaient plusieurs d'entre eux mal 'intentionnés' (ceux qui ont été arrêtés par la justice américaine avec l'appui des Suisses)...

Michel Platini ne peut être blanchi ni absous de tout péché, vu son attachement aux pays du golfe (espérons qu'il ne s'agit pas de soumission ?). Il suffit pour cela de prendre en compte la réalité des faits depuis près de 30 ans :

- Fin novembre 1988 : Michel Platini assiste au match d'ouverture de la coupe d'Asie des nations de football se tenant au Qatar. Il dispute à l'étonnement du banc soviétique les vingt premières minutes de la rencontre sous les couleurs du Koweït. La FIFA compte ce match comme un match officiel international, Platini compte donc une sélection en équipe du Koweït !

- En janvier 1990 : C'est toute la sélection française, dirigée par Michel Platini, qui se déplace dans l'émirat désertique, pour un tournoi amical, en raison de l'amitié entre Michel Platini et le cheikh Fahad Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah (tué lors de l’invasion irakienne fin 1990). Il bénéficie en outre à cette époque de l’appui d’Herbert Hainer, le PDG allemand d’Adidas, l’un des sponsors historiques de la FIFA (qui soutient totalement sa candidature à la présidence de la FIFA en 2016). La FIFA étant la fédération mondiale de football et l’UEFA celle du football européen.

- De janvier 1999 à juin 2002 : Platini est le conseiller spécial de Sepp Blatter. Il a effectué des travaux pour la FIFA pour 1,8 millions d’euros, somme qui n’a fait l’objet d’une facture qu’en 2011. C’est ce que lui reproche la justice suisse car selon le droit suisse, les salaires sont prescrits au bout de 5 ans. Cette facture est donc nulle – n’existe pas -, et donc n’aurait pas dû être payée…

Dernièrement, le 17 octobre 2015, à ce propos, Sepp Blatter (ex-président de la FIFA) parle de « pacte entre gentlemen» avec Michel Platini !

- En avril 2002 : Michel Platini devient membre du comité exécutif de l'UEFA et de la FIFA. Il est donc au courant de tout ce qui se trame autour de l’attribution de la Coupe du monde 2006 à l’Allemagne. S’il y a eu des pratiques délictueuses, il est donc obligatoirement au courant, directement ou indirectement.

- Depuis les élections du 22 janvier 2007, il est président de l’UEFA.

- En août 2015 : Le porte-parole du bureau du procureur général suisse annonce que «jusqu'à présent, 103 rapports sur des activités financières frauduleuses relatives à l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 ont été reçues.» Des membres éminents de la FIFA sont arrêtés.

- Michel Platini et Zinédine Zidane avaient pris position en 2011 en faveur de l’attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar…

On reproche aussi à l’ex-joueur de la Juventus d’avoir participé en 2011 à des discussions ‘privées’ (Platini dit « avoir senti un "message subliminal" de la part du président français ») lors d’un dîner à l’Elysée, portant sur l’attribution de la coupe du monde 2022 (en échange de quelques contrats industriels ?) avec Nicolas Sarkozy, le président fédéral allemand Christian Wulff et le prince du Qatar Tamin bin Hamad al-Thani.

Par ailleurs, on reproche aussi à l’ex-sélectionneur de l’équipe de France, la nomination à la même époque de son fils Laurent comme directeur général de Pilatus Sports Management. Une société suisse détenue par Qatar Sports Investments, lequel gère le sponsoring du FC Barcelone, un club de golf et un hôtel de luxe à Doha, une société de marketing sportif mais aussi Burrda Sport (partenaire de clubs de foot comme l’OGC Nice et en Rugby, du Biarritz Olympique ou du RC Toulon)…

Et, récemment, Joseph (Sepp) Blatter « a accusé Nicolas Sarkozy d'avoir influencé le vote, et la France et l'Allemagne d'être intervenu politiquement dans le processus de désignation. »

Cela fait beaucoup pour quelqu’un qui n’aurait rien à se reprocher, mais qui perd au fur et à mesure des semaines ses principaux soutiens…