Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

Les dispensaires et pharmacies sociaux solidaires, au secours de la santé en Grèce

Les dispensaires et pharmacies sociaux solidaires en Grèce sont le seul moyen (et salut) pour sauver la santé en Grèce, à court et moyen terme. Sans solidarité internationale financière et logistique, ce sera une catastrophe humanitaire qui rejaillira sur toute l'Europe et tout particulièrement sur les pays les plus fragiles (Portugal, Espagne, Italie et... France ?)

La France en prendra le chemin tôt ou tard avec les lois Macron, et la politique sociale-libérale, de plus en plus libérale , du gouvernement PS de Manuel Valls - considéré de DROITE comme Les Républicains, l'UDI ou le Modem, par les militants de gauche y compris les écologistes et de droite...

Heureusement, un peu partout en France cette solidarité avec la Grèce s'organise comme dans l'Ouest de France (Bretagne et pays de Loire) et dans la région parisienne, en PACA ou ailleurs !

En mai 2015, un premier voyage a eu lieu avec des médecins généralistes et spécialistes (les dentistes et le matériel dentaire font cruellement défaut en Grèce), en dehors de personnalités du monde de la solidarité française.

Un second voyage aura lieu dans la première semaine de novembre 2015 avec, encore une fois, de nombreux membres du corps médical (SMG entre autres) et des responsables de France-Grèce Solidarité Santé.

Il ne s'agit pas en l'occurrence d'apporter des médicaments ou du matériel, mais de connaître les besoins de ces structures de santé grecques qui manquent avant tout de matériel médical et logistique (en dehors des médicaments pour lesquels il faut analyser la demande de façon médicale et non "pharmaceutique" et consommatrice, sans discernement). C'est à la fois un audit de la situation et l'occasion de nouer des contacts personnalisés, individualisés sur le terrain avec ces dispensaires et les personnes qui les gèrent pour mieux connaître et cerner leurs difficultés et attentes. Cela permet aussi d'en tirer des conclusions (et des alertes) pour notre système de santé qui se dégrade et se privatise avec pour seul objectif la rentabilité et le profit.

Pourtant, le plus grand économiste du XXe siècle de la planète, John Kenneth Galbraith, un libéral de gauche - sorte de Macron mais avec beaucoup plus de discernement et d'expérience -, n'avait de cesse d'expliquer qu'il existe des domaines (des secteurs d'activité) comme la SANTE, qui ne doivent absolument pas faire l'objet de transactions sur les marchés des marchandises et des services, de privatisations, mais rester dans la sphère publique (émission Apostrophe du 29 janvier 1982).