Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

Rapport mitigé de l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) sur l'EPR de Flamanville

Le réacteur pressurisé européen EPR (European Pressurized Reactor, puis Evolutionary Power Reactor ou CEPR Chinese EPR en Chine) est un projet de réacteur nucléaire de troisième génération d'après la classification internationale(Wikipédia).

Vous trouverez ci-dessous des extraits du rapport de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), qui nous inquiète plus qu’il nous rassure, compte tenu de tous les paramètres qui interviennent dans la sécurité d’un réacteur nucléaire et d’un EPR, en l’occurrence celui de Flamanville.

Ce rapport nous montre qu’on ne peut pas tout prévoir vu la complexité technique et technologique des systèmes et démarches dans la construction d’un réacteur nucléaire. Mais aussi, que le risque ne peut être évalué malgré toutes les précautions et les protocoles mis en place. Que le doute subsiste et subsistera toujours avec des conséquences qui peuvent être incommensurables…

Par ailleurs, lorsqu'on voit toutes ces précautions à prendre au niveau sécurité pour pallier à tout risque pouvant entraîner plus que des défaillances sans conséquences mais pouvant aller jusqu'à un accident nucléaire majeur,

ON NOTE QUE :

1°) la sureté nucléaire est tellement approximative et insuffisante ou incomplète compte tenu de toutes les démarches à accomplir, QUE NOUS N'AVONS AUCUNE CERTITUDE sur un risque ZERO ou FAIBLE... Car il est impossible d'affirmer si le risque générera des conséquences mineures ou jaures ;

2°) que l'industrie nucléaire génère des charges (ou frais) annexes et connexes énormes qui ne sont pas intégrés dans le PRIX de l'électricité mais à la charge des nombreux corps de l'ETAT et d'administrations publiques...

IL EST DONC FAUX D'AFFIRMER que c'est la source d'énergie électrique la moins chère, la plus fiable et la moins polluante ! Ce qu'ont bien compris de nombreux pays "nucléarisés" qui font marche arrière, d'autant plus que l'avenir se situe au niveau de l'autoproduction ou autoconsommation (autosuffisance) LOCALEMENT ou REGIONALEMENT en utilisant de nombreuses sources d'ENERGIES RENOUVELABLES diversifiées, disponibles sur place....

EXTRAITS DU RAPPORT DE L’IRSN

« A l’issue de son analyse et sur la base des engagements pris par EDF, l’IRSN a estimé que la démarche de classement devait être complétée, notamment pour les systèmes, structures et composants intervenant dans la protection contre les agressions ou dans la limitation de leurs conséquences, ainsi que pour les composants dont la défaillance est exclue…

« L’IRSN relève que la démarche de classement d’EDF ne prend pas en compte les équipements dont la défaillance induit un incident ou un accident de référence. Pour l’IRSN, ceci constitue, en regard du principe de défense en profondeur, une lacune de la démarche de classement actuelle. EDF a toutefois précisé que, sur l’EPR-FA3, ces équipements bénéficiaient déjà pour la plupart d’un classement fonctionnel ou mécanique…

« L’IRSN estime que la démarche d’EDF consistant à ne classer qu’une partie des dispositions nécessaires à la protection contre les agressions et à la limitation de leurs conséquences, sans que la sélection des dispositions classées ne s’opère sur la base de considérations liées à leur importance pour la sûreté, n’est pas appropriée. L’IRSN estime ainsi que l’ensemble des SSC nécessaires à la protection contre les agressions internes et externes et à la limitation de leurs conséquences doivent être classés de sûreté et que leurs exigences de suivi en exploitation doivent être prises en compte dans les RGE. Enfin, l’IRSN constate que la classe fonctionnelle F2, qui regroupe des SSC dont les rôles pour la sûreté peuvent être très différents, ne permet pas en réalité de définir un lot d’exigences générales cohérentes afférent à cette classe. Une analyse « au cas par cas » est en pratique nécessaire pour définir les exigences appropriées à chaque SSC classé F2…

« Par ailleurs, s’agissant de la protection contre les agressions, l’IRSN note qu’EDF exclut certaines défaillances d’équipements qui pourraient conduire à des scénarios d’agression dont les conséquences ne sont pas étudiées dans la démonstration de sûreté (telles que des ruptures ou fuites sur des tuyauteries contenant du dihydrogène qui pourraient conduire à des risques d’explosion). L’IRSN estime que le caractère suffisant des exigences attribuées aux matériels dont la défaillance est exclue devra être justifié par EDF dans le cadre des études d’agressions pour le DMES…

« L’IRSN rappelle que les Directives techniques précisent que « les contre-mesures nécessaires en cas d'incendie pour protéger les systèmes classés de sûreté (éléments de sectorisation, détection d'incendie et systèmes de lutte contre l'incendie) doivent être dimensionnés pour résister à un séisme ». Or, l’IRSN relève que les « requis sismiques » définis par EDF pour les matériels de protection contre l’incendie ne garantissent pas que la fonction de certaines protections contre l’incendie sera assurée après un séisme, ce qui n’est pas satisfaisant...

« S’agissant plus particulièrement de l’exception à l’application de l’« aggravant unique » sur la défaillance à la refermeture d’une soupape de sûreté du pressuriseur, la nécessité du recours à cette exception est liée au choix technologique d’EDF pour le réacteur EPR-FA3 (une seule soupape sur chaque ligne de décharge au lieu d’un tandem composé de deux soupapes en série sur les réacteurs du parc EDF en exploitation) qui, dans son principe, constitue une régression en termes de sûreté par rapport à la conception des réacteurs du parc en exploitation. Toutefois, EDF justifie la conception retenue sur l’EPR-FA3 par la fiabilité importante de la soupape de sûreté SEMPELL et de son pilote. L’IRSN estime que la justification de l’acceptabilité de la non-application de la règle de l’aggravant unique à la refermeture d’une soupape de sûreté SEMPELL du pressuriseur n’est pas encore apportée et estime que des justifications devront être apportées par EDF sur la fiabilité de l’ensemble soupape+pilote et sur le caractère suffisant du programme d’essais de qualification. »

FIN DU RAPPORT