Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

Le prix Nobel jean Tirole, le dernier des mohicans néolibéraux

Heureusement, qu'ATTAC a le courage de rectifier "le tir"...

Comment le prix Nobel d'économie néolibéral peut-il prôner la dérégulation de la finance - en dehors d'autres conseils complètement obsolètes et qui ont fait long feu avec la crise de 2009 -, alors que Warren Buffett et George Soros, les deux plus gros investisseurs mondiaux sur les produits financiers dérivés (le second étant le plus gros spéculateur que la planète ait connu) sont unanimes pour dénoncer cette dérégulation, véritable cancer qui gangrène la finance et l'économie, où les produits financiers alternatifs et spéculatifs ne son plus maitrisés et maitrisables par qui que ce soit !

Monsieur Jean Tirole, vous vivez sur une autre planète, dans un autre siècle, et vos postions sont largement dépassées comme le pensent beaucoup d'économistes qui n'osent pas s'exprimer de peur d'être agonis par des médias, admiratifs, sous influence, devant la notoriété du NOBEL

A ce jour, seul ATTAC a le courage de ses opinions et dénonce la posture antisociale et conservatrice de Jean Tirole.

Nos prix Nobel d'économie (au nombre de 3 : Debreu, Allais et Tirole) n'ont jamais, il est vrai, fait l'unanimité. Mais, il y a une différence majeure entre Jean Tirole et Maurice Allais, son prédécesseur au NOBEL d'économie, le second libéral et protectionniste, qui avait évolué à la lecture des évènements macroéconomiques au cours des décennies, avait prévu les différentes crises (monétaires en 1997-1998, nouvelles technologies en 2000 et subprime devenant économique en 2009, entre autres) contrairement à Jean Tirole qui a fait complètement abstraction et l'impasse sur cette escalade de crises en crises, de plus en plus graves, qui nous a conduit à la situation sociale, financière et économique actuelle dont nous ne sommes pas prêts de sortir...

Que Jean Tirole écume les plateaux de télévision et face à la Une des médias passe encore, mais ce qui est aberrant, c'est que Maurice Allais - dont la plupart des positions ne seront pas accueillies favorablement, en général, car par trop ambiguës sur certains sujets, mais exactes sur le plan économique -, n'ait pas eu l'accès à un seul média durant toute sa carrière, comme il l'a écrit et dit au crépuscule de sa vie car il sortait de la pensée unique véhiculée par les médias (celle de Jean Tirole) !