Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economie et Politique_Renseignements

EPR - André Mascardi

Economie et Politique_Renseignements

FRANCOIS HOLLANDE NOUS PREND POUR DES JAMBONS !

Le président Hollande, le Premier ministre, le ministre de l'économie et des finances veulent nous faire avaler des couleuvres, en nous faisant croire que le chômage va se résorber !

N'importe qui - sans être pour autant économiste - sait que dans le système économique (capitaliste au niveau productif et libéral au niveau des échanges) il n'y a JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS de baisse du chômage durable et d'inversion de la tendance sans croissance et croissance minimum de 2 à 2.5 %.

Or, nous allons connaître une croissance - on pourrait discuter longuement de ce paradigme complètement dépassé de croissance et de PIB qui n'a plus beaucoup de sens - NULLE en 2013 contrairement à l'INSEE qui affirmait début octobre : "La convalescence de l'économie française se poursuit. Dans son point de conjoncture publié jeudi 3 octobre, l'Insee souligne qu'"en France, l'éclaircie du deuxième trimestre se confirmerait au second semestre" de l'année 2013. Après une croissance du produit intérieur brut (PIB) confirmée de 0,5 % entre avril et juin, les experts de l'institut de conjoncture estiment que la croissance a été nulle au troisième trimestre mais devrait à nouveau accélérer sur les trois derniers mois de 2013, à +0,4 %. Sur l'ensemble de 2013, en moyenne annuelle, la croissance ressortirait donc selon l'Insee à 0,2 %, après 0 % en 2012 (source Le Monde.fr du 3 octobre 2013).

PLANTAGE DE L'INSEE, la croissance ayant été négative au 3e trim. de -0.1 %...

Le problème avec ce gouvernement - toujours très suffisant -, est qu'il prend les Français pour des idiots. Cela fait maintenant 20 mois qu'il N'ARRÊTE PAS de nous raconter des balivernes, tout et n'importe quoi, c'en devient ridicule, puérile et même comique, s'il n'y avait la détresse des plus de 9 millions de personnes AUJOURD'HUI (fin 2012 l'INSEE comptait 8.6 millions de personnes dont le revenu était inférieur à 964 euros) vivant en France en dessous du seuil de pauvreté (60 % du salaire médian).

Même les membres du gouvernement ne croient plus pas à tout ce qu'ils annoncent...

La politique sociale du gouvernement est quasi inexistante : SMIC augmenté de 1.1 % au 1er janvier 2014, suppression d'un certain nombre d'avantages et alourdissement des charges sociales : suppression de la déduction fiscale pour le 3e enfant, hausse de la CSG pour les retraités, hausse des impôts sur le revenu, de la TVA, etc. Si on ajoute à cela la réforme de l'ANI qui va réduire les droits des travailleurs de façon conséquente et donc leurs revenus, la coupe est pleine. Nous sommes face à un gouvernement incapable d'agir - car sous la coupe des lobbies du Nucléaire, de l'Agriculture et du MEDEF, quand ce ne sont pas les grands patrons eux-mêmes qui déboulent à l'Elysée ou Matignon pour modifier la politique industrielle ou entrepreneuriale - et par certains côtés, de plus en plus nombreux, incompétents !

Je me souviens de certains ministres socialistes, fraîchement élus, présents à l'université d'été d'Europe Ecologie Les Verts, venus quémander (nous n'en croyions pas nos yeux) une réforme par-ci, une réforme par-là, applicable immédiatement dans le domaine par exemple de l'environnement ou des énergies durables voire dans le social...

Tout le monde sait maintenant - sauf l'Union européenne et la France - que l'austérité mène au chaos et à la guerre. Nous n'arriverons à rien en privilégiant l'offre car CELA NE SERT A RIEN de produire - tous les chefs d'entreprise vous le diront - s'il n'y a pas de carnets de commandes. Dans le nouveau management, je devrais dire dans le nouveau marketing, c'est la demande qui va provoquer la fabrication du produit et de ses composants, donc faire tourner l'entreprise et ses sous-traitants. Donc si le pouvoir d'achat baisse, que la demande n'est pas au rendez-vous - les citoyens préférant épargner en temps de crise que consommer - IL NE SERVIRA A RIEN (ET D'AILLEURS LES ENTREPRISES NE PRENDRONT PAS LE RISQUE D'INVESTIR) même si on décroche la lune à coup de milliards d'euros d'aides, d'exonérations pour les entreprises. Il ne se passera RIEN. La seule politique qui vaille consiste - ce n'est pas moi qui le dit mais tous les grands économistes, surtout américains -, à augmenter conséquemment les minima sociaux, à diminuer les charges salariales et celles patronales (si les entreprises créent de l'emploi), en favorisant ainsi la demande mais aussi en baissant la TVA (en faisant pression sur Bruxelles), par des investissements publics (pas des lignes TGV ou des NDDL ou des routes refaites dix fois comme dans le Morbihan) privilégiant les infrastructures éducatives et de santé, le retour à des services publics de proximité, mais aussi en favorisant l'économie de transition (économie verte mais attention à ce terme qui veut tout dire et son contraire) énergétique et agricole. Il y a des dizaines de milliers d'emplois à créer... Et parallèlement des déductions importantes d'impôts côté contribuable particulier pour l'isolation, les travaux de rénovation tout ce qui va dans ce sens des économies d'énergies.

Et enfin, sachant que seules les PME de moins de 50 salariés créent de l'emploi, les avantager tant au niveau des charges, que de la TVA, et surtout favoriser l'apprentissage et l'alternance dans ce secteur...

On pourrait parler aussi de recyclage - un marché énorme - et aussi de tas d'autres mesures à prendre pour avancer et non reculer. Or, que constatons-nous : QUE LE GOUVERNEMENT FAIT TOUT LE CONTRAIRE SUR TOUS LES POINTS !!! ON NE PEUT PAS FAIRE PIRE ET C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE JE ME PERMETTRAI DE DIRE EN CONCLUSION ET "EN BOUTADE", ON NE PEUT DONC QU'ÊTRE OPTIMISTE A CONDITION QUE LA CRISE NE S'AGGRAVE - CAR NOUS SOMMES TOUJOURS DANS LA PLUS GRANDE CRISE QUE LE MONDE INDUSTRIEL AIT CONNUE, PIRE QU'EN 29 DE L'AVIS DES EXPERTS -, CE QUI EST UN VOEU PIEUX !

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20131227.REU9184/le-gouvernement-accuse-de-deni-de-realite-sur-le-chomage.html