Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economics and Politics Research

André Locussol-Mascardi - EPR

Economics and Politics Research

LA BOURSE ET LES MARCHES FINANCIERS ONT COMPLETEMENT PERDU LA BOULE !

com
Au moment,

- où la crise s’accélère dans le monde,
- où même les pays émergents (BRIC) voient leur croissance « exponentielle » se réduire considérablement,
- où la progression du PIB des Etats-Unis enregistre UN COUP D’ARRET - même si leur... croissance sera de 2,2 % en 2012 contre 1,8 % en 2011,

l’indice Dow Jones de la Bourse de New -York (Wall Street) bat TOUS LES RECORDS en atteignant et dépassant les 14.000 points
 
 

Qui ose encore dire qu’il y a une corrélation entre l’économie d’un pays et sa Bourse, entre l’économie mondiale et les marchés financiers ?

Dans les années 1970 déjà, dans les CAHIERS FRANÇAIS (La documentation française) plusieurs enseignants et économistes démontraient qu’il n’y avait pas de rapports entre l’évolution des Bourses et l’économie.

Dans le cas présent c’est pire nous sommes face à une aberration, car la corrélation est « inversement proportionnelle » entre l’évolution des Bourses et l’économie, tout simplement parce que nous assistons à des phénomènes de spéculation non plus sur les valeurs des entreprises mais sur le risque qui existe qu’elles fassent faillite, c’est-à-dire sur la possibilité qu’elles engrangent des profits ou des pertes…
Où est la réalité économique ? Où est l’investissement à long terme que tous les conseillers bancaires, les gestionnaires de portefeuille préconisent à leur client pour entrer en Bourse ?

Il est temps de revoir complètement le fonctionnement des marchés financiers, non pas en les réformant mais – tout comme Bretton Woods – en faisant table rase du passé et en repartant sur de nouveaux principes de fonctionnement des flux financiers et en RECONSIDERANT LE RAPPORT A L’ARGENT, LE RAPPORT ENTRE L’ARGENT, LES INDIVIDUS, LES ENTREPRISES NON FINANCIERES, LES INSTITUTIONS FINANCIERES ET L’ETAT.

Nous n’y arriverons que si – n’en déplaise au combat d’arrière-garde mené par les libéraux et les néo-libéraux, même les plus grands économistes et argentiers américains ne croient plus à Adam Smith, à Ricardo et à... Milton Friedman entre autres – le système bancaire et financier est étatisé (non pas nationalisé), ce qui signifie que tous les leviers de contrôles et de décisions sont entre les mains des Etats, des fédérations d’états et aussi décentralisés vers les territoires (ou régions) !

IL N’Y A PAS D’AUTRE ALTERNATIVE !link

 

Même la justification d'anticipation de la reprise - une manipulation de plus, en dehors de celles sur les cours orchestrées par les plus grandes banques mondiales pour "faire croire" aux investisseurs que tout va bien, et ainsi reconstituer leurs marges grâce aux GOGOS - ne peut expliquer ce grand écart uniquement du à "l'irréalisme" dans laquelle baigne la finance internationale !!!
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article