Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Economics and Politics Research

André Locussol-Mascardi - EPR

Economics and Politics Research

LA COLLUSION PRONUCLEAIRE ENTRE EDF ET LE GOUVERNEMENT PS ?

com

SCANDALEUX, DANGEREUX ET INCONSCIENT !

Jusqu'où va aller la collusion pro-nucléaire entre le GOUVERNEMENT PS et EDF ?

Les écologistes en sont-ils conscients ou bien sont-ils devenus pro-nucléaires en ne réagissant pas, pire en gouvernant avec le PS ?

Décider par arrêté ministériel de valider un élément "stratégique" de l'EPR de Flamanville, une partie primordiale, capitale pour la sécurité du réacteur nucléaire après toutes les réserves qui ont été faites par les ingénieurs et spécialistes de l'ASN (l'Autorité de Sécurité Nucléaire) est grave très grave car ce sont nos vies qui sont en danger.

Sans compter la centaine d'autres anomalies (au minimum), le travail au noir avec du personnel non qualifié venant de dizaines de pays différents, etc.

EXTRAIT DU TEXTE DONT LIEN CI-JOINT : "Pour mémoire, la cuve du réacteur EPR de Flamanville, tout comme les deux cuves livrées aux Chinois pour la centrale nucléaire de Taishan, présente de très graves malfaçons. Ainsi, alors que la résistance doit être partout de 60 Joules minimum, diverses zones de la cuve présentent des résistances nettement inférieures, descendant jusqu’à 36 Joules seulement. Alors que la cuve de l’EPR de Flamanville devrait d’ores et déjà être interdite d’utilisation par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), celle-ci a au contraire engagé une irresponsable "procédure dérogatoire d’autorisation" (**).

L’arrêté publié le 3 janvier 2016 vient compléter le projet des autorités françaises (pouvoir politique et ASN) d’autoriser EDF à utiliser cette cuve malgré ses graves défauts. Cet arrêté précise explicitement que "l’Autorité de sûreté nucléaire peut (…) autoriser l’installation, la mise en service, l’utilisation et le transfert d’un équipement sous pression nucléaire ou d’un ensemble nucléaire n’ayant pas satisfait à l’ensemble des exigences règlementaires". Il s’agit clairement d’une mesure prise pour permettre la validation de la cuve de l’EPR..."

Bernard Laponche (physicien nucléaire, consultant international) disait déjà dans une interview le 16 décembre 2011 :

"Deuxième document de l'IRSN, les risques de rupture de cuve. L'IRSN nous dit que pour tel et tel réacteurs qui sont cités, Cruas 1, Dampierre 4, etc., la cuve pourrait connaître, en cas de situation incidentelle ou accidentelle, une rupture brutale au bout de 35 ans - et elles arrivent à cet âge. Va-t-on arrêter les centrales qui contiennent ces pièces problématiques étant donné qu'elles ne peuvent pas être changées ? Il y a là un grand point d'interrogation. Autre exemple, les enceintes de confinement. Tous les réacteurs de 900 MW ont une seule enceinte de confinement, c'est à partir de 1.300 MW qu'il y a deux enceintes de confinement. C'est donc qu'on a pensé que du point de vue de la sûreté, il faut mettre deux enceintes. Alors quid des premiers ? Faut-il mettre une deuxième enceinte sur les 900 MW ? Beaucoup de questions restent préoccupantes et datent d'avant Fukushima."

Début Octobre 2015, l'ASN communiquait : "En avril dernier, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) annonçait qu'une anomalie "sérieuse" avait été détectée dans la cuve de l'EPR. Le groupe Areva, fabricant de la cuve, devait proposer des essais complémentaires "pour apprécier l'importance de l'anomalie, essayer de la qualifier et de voir quels impacts elle a potentiellement sur la sûreté". Le programme proposé par le spécialiste français du nucléaire vient d'être validé. "Sous réserve de la prise en compte" de recommandations techniques, "le groupe permanent considère acceptable la démarche proposée par Areva pour justifier de la ténacité suffisante des calottes du fond et du couvercle de la cuve de l'EPR de Flamanville 3", a indiqué ce jeudi dans son avis publié jeudi par l'ASN un groupe d'experts auprès du gendarme du nucléaire. Areva devra donc prendre en compte plusieurs recommandations qui portent sur la méthode que le spécialiste du nucléaire a définie pour ses essais. Ce groupe permanent d'experts pour les équipements nucléaires sous pression s'était réuni toute la journée de mercredi pour examiner le rapport de l'instruction menée par l'ASN et l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) sur le programme d'essais proposé en mai par Areva. L'ASN doit désormais prendre officiellement position sur la base de cet avis, publié sur son site internet. Cette communication interviendra "dans quelques semaines", a indiqué jeudi à l'AFP le directeur général adjoint de l'ASN, Julien Collet. Les tests qui en découleront pourraient durer plusieurs mois, à partir du début 2016..."

Balayé par un arrêté ministériel pour accélérer la mise en service de l'EPR normand qui va coûter - rappelons-le -, 15 milliards d'euros de plus que prévu !

Comme les gouvernements PS l'ont fait pour le sang contaminé, la vache folle ou l'amiante, où la validation des dangers que représentaient ces ménaces est passé par pertes humaines et profits financiers, et s'est évaporée comme autant de propos polémiques, non-scientifiques et infondés !

Mais qui arrêtera ce duo infernal qui piétine la santé des français et leur vie tout simplement, imbu de leur personnalité, aveuglé par le pouvoir et leur réussite personnelle au détriment de tous leurs concitoyens, pouvant aller jusqu'à causer leur destruction et leur mort !

On ne peut pas, on ne doit plus les laisser manoeuvrer et agir ainsi en jouant avec notre avenir et la vie des générations futures...